Clément Lefebvre

Dimanche 2 octobre 2022 - 17h - Auditorium Chanorier

Clément Lefebvre - piano

© Jean-Baptiste Millot

Clément Lefebvre n’est plus un inconnu pour les mélomanes français. Il se fait particulièrement remarquer en 2018 avec son premier disque consacré à Rameau et Couperin, gravure qui lui vaut une reconnaissance immédiate et unanime. « Un coup de maître » commentera Alain Cochard, couronné d’un Diapason d’Or Découverte. Son second disque paru en novembre 2021 consacré à Ravel, qui a reçu un « Choc » de Classica, reçoit d’ores et déjà les plus beaux éloges : « Enfin nous le tenons le ravélien des prochaines décennies et nous ne le lâcherons plus ! » s’exclame Philippe Cassard. « Perdez-vous dans ce Ravel touché par la grâce et l’émotion » conseille Jean-Charles Hoffelé, tandis qu’Alain Lompech incluant son Rameau/Couperin, parle de « deux CD à thésauriser ».

Sa personnalité authentique et son sens poétique avaient déjà été remarqués en 2016 au Concours international James Mottram de Manchester, où il remporta le 1er prix et le prix du public, puis en 2019 au Concours Long-Thibaud-Crespin dont il est lauréat. De prestigieuses fondations lui apportent leurs confiance et soutien.

Formé au CRR de Boulogne-Billancourt dans la classe d’Hortense Cartier-Bresson, puis au CNSM de Paris avec Roger Muraro et Isabelle Dubuis, il a également reçu les conseils de Claire Désert, Alain Planès et Pierre-Laurent Aimard.  Fort d’une grande exigence artistique, il y développera sa capacité à affirmer sa pensée musicale dans la rigueur, la profondeur mais aussi l’imagination expressive, ainsi que l’attention portée à la clarté du discours musical autant qu’à la création d’un univers sonore.

Artiste inspiré et sincère, son jeu élégant et sensible atteint un équilibre parfait entre tendresse et volonté, rêverie et énergie.

Programme :

  • Maurice Ravel : Valses nobles et sentimentales
  • Rodolphe Bruneau-Boulmier : Terra Nostra
  • Isaac Albéniz : Evocación, El Puerto, El Corpus Christi en Sevilla (extraits d’Iberia – 1er cahier)
  • Maurice Ravel : Oiseaux tristes, Une Barque sur l’océan (extraits des Miroirs)
  • Franz Liszt/Richard Wagner : Isolde Liebestod
  • Franz Liszt : Après une lecture de Dante

Interviews :

.

Revue de presse :

Article dans Classica – 12/02/2022 à propos de son CD Ravel : https://classica.fr/lorfevre-au-piano/

« On ne présente plus Ravel. Et on écoutera Clément Lefebvre très longtemps. Ce jeune
pianiste, lauréat du Concours Long-Thibaut en 2019, émerveille de la subtilité et l’élégance
de son jeu. Son second disque consacré à Ravel est un joyau, brillant et délicat. »

« Clément Lefebvre ravit au disque. Il éblouit à la scène. En concert le 13 novembre 2021 à la
Scala Paris, l’artiste a su embrasser avec une désarmante simplicité la complexité de
l’écriture. Assurément un grand artiste, et un jeune homme qui, une fois le piano laissé
derrière lui, porte une belle timidité tout à fait désarmante. Que cette élégance et ce talent
portent chance très longtemps à ce grand et néanmoins jeune artiste. »

Anne-Sandrine Di Girolamo, Gang-Flow, 28/11/2021

 

« Lefebvre entre sur scène pour jouer la  Sonatine, les  Valses nobles et sentimentales, la 
Pavane pour une infante défunte,  Une barque sur l’océan et  Le Tombeau de Couperin. (…)
on admire le sens du récit, les couleurs, les nuances délicates, la souplesse d’un musicien qui
capte l’écoute par des moyens purement musicaux, sans chercher à attirer l’attention avec
des idées originales. Les  Valses sont exceptionnelles d’aisance, de fluidité, de logique, de
soin mis à leur parfaite réalisation, de couleurs, d’allure ; Lefebvre est parfait partout et
émeut grandement dans la dernière qui se mue en flammèches de son qui flottent dans l’air.
Cette œuvre de Ravel cache bien son jeu après la franchise de son début tant elle est
insaisissable. Son  Tombeau ? Idéalement coloré, fin et virtuose, avec une 
Toccata finale ailée et féroce, une  Fugue parfaite de coupe, comme le  Rigaudon est énoncé
avec une élégance et des révérences attristées. Splendide ! »

Alain Lompech, Bachtrack, 14/11/2021

 

« (…) Tout cela conduit à un  Tombeau de Couperin ailé, volubile, où le clavier ne pèse rien
mais où tout chante comme du  Mozart, la  Forlane, le  Menuet et ses regrets, et jusqu’aux
feux d’artifice d’une  Toccata où s’invite le souvenir de  Mouvement de  Claude Debussy. Mais j’y pense!, ce piano lumineux et tendre, capable de mystère et de sombre aussi, irait
comme un gant à l’auteur des  Images. Demain peut-être, mais en attendant perdez-vous
dans ce  Ravel touché par la grâce et l’émotion. » 

Jean-Charles Hoffelé, Artalinna, 17 /11/2021

 

« Révélé en 2018 par un enregistrement Couperin/Rameau (Evidence / / Disque de la
Semaine de Concertlassic (1)), Clément Lefebvre ( photo) compte parmi les pianistes les plus
poètes et subtils de la nouvelle génération. Après ce premier disque, le programme Ravel
(Evidence (2))  qu’il livre en cet automne ne séduit pas moins, qui rassemble la  Sonatine, le 
Menuet sur le nom Haydn, les  Valses nobles et sentimentales, le  Menuet  antique, la  Pavane
pour une infante défunte. Ces regards du maître français sur des danses du passé forment
un programme d’une cohérence parfaite et trouvent en Lefebvre un interprète d’un
raffinement rare. L’élégance et la fraîcheur, l’émerveillement aussi, avec lesquels il aborde
ces pages archi-rebattues ne peuvent qu’inciter à prendre la direction de la Piccola Scala
pour l’écouter en récital le 13 novembre (à 19h30 !) dans la  Sonatine,  Une barque sur
l’océan, les  Valses nobles, la  Pavane et le  Tombeau. »

Alain Cochard, Concert Classic, 8/11/2021